Bienvenue sur Pluie d'Encre, un site vous permettant d'écrire des histoires ou des poèmes ! Laissez parler votre imagination !
 
accueilAccueilBibliothèqueConnexionS'enregistrerRechercherRechercherConnexionForumsGroupesMembres

Partagez | 
 

 Chambre rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
◄jm20►
Lapin crétin 1er
Lapin crétin 1er
avatar

Féminin Messages : 654
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 17
Localisation : Dans un vieux hangar, habillé en minion en mangeant une bwanana avant de torturer un pitit n'enfant.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Chambre rouge    Dim 22 Mar - 15:18

Voici une petite nouvelle d'horreur que j'ai écrite un moment où je n'avais que ça à faire xD Oui, je me suis amusée sur le codage c'est pour ça que c'est bien présenté :3 Bonne lecture !




Chambre rouge
Horreur/Public averti


Une lumière aveuglante envahit la pièce, accompagnée d'un bref vacarme semblant à un battement de cœur. Durant le peu de temps de luminosité, on peut apercevoir des murs entièrement peints de blanc, ainsi qu'un lit du même ton. La pluie se met à tomber, se cognant contre la seule vitre présente dans la salle. Un cri extrêmement aigu résonne alors en crescendo puis disparaît soudainement sans laisser de traces. L'orage éclate une seconde fois.

Deux yeux s'ouvrent jusqu'à leurs extrémités. Le pouls d'une personne effrayée se met à battre rapidement. Une forme se redresse sur le lit duquel elle vient de se réveiller. Son souffle haletant s’éjecte vite de ses poumons. Sa tête ne cesse de tourner à droite, puis à gauche à l’affût d'un quelconque danger. L'orage gronde.

‘‘Où... Où suis-je ?’‘

Aucun meuble ne lui est familier. Ses souvenirs sont vides. Même le cauchemar dont il vient de se réveiller a disparu de sa mémoire. Reprenant sa respiration, il enlève la couette blanche du matelas qui le maintient au lit et pose deux pieds à terre. Profitant d'un autre instant d'éclairage total, il inspecte du regard la pièce où il se trouve être. Il n'y a qu'une armoire, une petite table et un lit. Rien de plus. A première vue, c'est une chambre. La sienne ?

Se relevant difficilement, la personne se dirige vers la table. Un objet vient d'attirer son attention. En y regardant de plus près, c'est une simple feuille de papier avec une inscription marquée dessus. L'homme la prend dans sa main et l'approche de son visage pour déchiffrer les lignes.

‘‘Aidez...moi’‘

De qui viennent ces mots ? Cette chambre est-elle occupée ou a-t-elle été occupée par quelqu'un d'autre ? La personne repose la feuille sur le bureau et ouvre l'armoire avec la même curiosité que pour découvrir le mot. Elle est complètement vide. Avec une grande déception, il la referme et marche, cette fois-ci, vers une porte fermée. Il trébuche alors sur un petit bout de métal. L'orage éclate, permettant de découvrir la clé. Avant qu'il n'ait besoin de s'en servir, l'homme s'aperçoit que la porte est verrouillée. Qui donc fermerait une porte en laissant la clé par terre ?

Une main se saisit de l'objet et l'insert dans une minuscule serrure. Après l'avoir tourné, la porte s'ouvre dans un grincement à en faire crever les tympans. Le spectacle qui s'offre à lui n'est pas des plus désirables. Malgré le noir complet qui règne, on peut apercevoir un long couloir recouvert de multiples portes. Une odeur nauséabonde rentre dans les narines de l'homme, le faisant grimacer. C'est une odeur indescriptible. Un mélange de souffre, de poussière et de fer. Pourtant, cette odeur ne lui est pas étrangère.

D'où vient-elle ?

Des pas résonnent à travers le corridor. Chaque pied qu'il pose à terre signale sa présence. Il ne pourra pas visiter les lieux discrètement. Pourtant, il a l'air de n'y avoir personne. Pourquoi s'inquiéter ? Seul le vide est présent. La personne continue donc d'avancer, prenant le passage à gauche. Le noir s'accumule autour de lui petit à petit qu'il s'enfonce dans le couloir.

‘‘Qui es-tu ? Que fais-tu ? D'où viens-tu ?’‘

Chaque parole prononcée intérieurement ralentit le pas de l'homme. Est-ce lui qui prononce ces questions ? Ou une voix lointaine lui faisant perdre le contrôle de lui-même ?

‘‘Alors ? Où vas-tu ? Pourquoi avances-tu ?’‘

Cette fois-ci, la personne s'arrête. Il vient d'entendre un objet tomber à terre près de lui. Il fixe une porte close peu accueillante. Se répondant à lui même, il articule à voix haute.

-Laisse... moi... tranquille !

Sa main tremblante sursaute au contact de la poignée. Elle vient de toucher une matière chaude et visqueuse. En portant ses doigts à son visage, il devine l'odeur du fer. Son cœur se met à battre. Si ce liquide est chaud, cela veut dire que ce sang a été déposé ici il y a peu de temps. L'homme appuie difficilement sur la poignée et pousse la porte. Il s'apprête à faire face à une scène de meurtre, de suicide ou de dernières heures.

A cet instant, son corps tremble. Ses jambes n'obéissent plus au cerveau et reculent. La pièce est recouverte de sang. Des casseroles pendent du plafond. D'immenses ustensiles de cuisine sont posés sur de longues tables, plus particulièrement des couteaux. Sur le sol reposent différents membres arrachés. Quelques squelettes sont allongés contre de multiples frigos. Un cri aigu résonne alors en crescendo puis disparaît soudainement sans laisser de traces.

L'homme fait quelques pas maladroits en arrière et prend la fuite droit devant lui. Il essaie d'enlever ces images de sa mémoire, comme ont fait ses souvenirs. Cette scène lui rappelle quelque chose mais il ne cherche pas à en savoir plus. Sa respiration s'accentue lorsqu'un autre objet tombe soudainement à terre. Il se retourne et aperçoit la porte coupable du raffut. Étrangement, elle ressemble énormément à la précédente. Le personnage hésite un instant avant de reprendre son souffle et d'appuyer sur la poignée...

Son regard tremble devant la pièce qui s'offre à lui. C'est exactement la même salle que la précédente. Cependant, elle ne contient aucune goutte de sang. Elle ressemble à une cuisine normale, abandonnée par les cuisiniers. L'homme avance courageusement vers l'un des frigos, suivant son instinct. Il saisit un bout de la porte et tire. L'intérieur est rempli de toutes sortes de nourritures à l'aspect délicieux.

La personne caresse une pomme rouge écarlate avant de la porter à ses lèvres. Il renifle l'odeur sucrée avant de croquer délicatement dedans. Son doux gout exquis le rassure un instant, lui faisant oublier le pourquoi il est ici. Ses paupières se ferment. Puis, quelque chose parait bizarre. Il n'arrive pas à avaler le morceau. Ses yeux se rouvrent et se mettent à fixer la pomme. Celle-ci n'a plus tout à fait la même apparence.

Seule sa couleur rouge est inchangée. Sa forme s'est allongée. Elle est ovale, molle et visqueuse. L'ancienne pomme se contracte et se détend avant d'éjecter un liquide noir à l'odeur du fer. La langue enroule alors le morceau qu'elle croyait être un bout de pomme avant de le cracher loin de lui.

Le frigo n'a plus le même aspect. Il est vieux et poussiéreux. La nourriture autrefois envoûtante est devenue toutes sortes d'organes remplis de vers. Reprenant ses esprits, homme lâche alors le cœur encore battant. Paralysé, il tourne son regard vers les tas d'os formant de multiples squelettes déformés. Il sent alors une petite musique chatouiller ses oreilles. Ses tonalités mineures et assonantes lui procurent d'affreux frissons qui l’empêchent de respirer correctement. La fraîcheur de son âme s'allie avec la sueur de sa peau. Elle s'accentue lorsque quelque chose lui caresse délicatement l'épaule droite.

Malgré les tremblements, la personne bouge légèrement le cou et cogne ses iris sur le coin extérieur droit de ses paupières. Elle se mord la langue pour s'empêcher d'hurler. Son visage est blême de la peur qui l'envahit. Sur son épaule est posée de longs bâtons blancs articulés rejoignant une panoplie de mêmes formes mais plus grosses. Au sommet trône un visage inhumain. La chaire à demi-déchirée laisse entrevoir d'énormes globules noirs au-dessus d'un sourire prolongé au couteau dont le sang s'écoule à flots.

L'homme tombe à genoux et use de ses forces pour rejoindre le frigo et fuir cette chose. Ne pouvant plus se retenir, il expire tout son souffle dans l'espoir de faire peur à ce qui se trouve en face de lui. Est-il mort ? Est-ce tout simplement un cauchemar ? Le demi-squelette laisse tomber une petite boite qui vient rouler jusqu'aux pieds de l'humain.

Cette petite boite laisse s'échapper la mélodie qui le gêne depuis un petit moment. Cette mélodie ne lui est pas inconnue. Il jure l'avoir déjà entendu quelque part, mais où ? Il remonte son attention sur cette sorte de cadavre et aperçoit un objet qui attire son attention. Autour d'un cou osseux pend un médaillon. Ce médaillon l'attire, il hésite à le lui prendre. Que va-t-il se passer lorsqu'il se lèvera et marchera vers lui ? D'autres zombis vont lui sauter dessus ? Du sang va se mettre à couler du plafond ? Oui bien sûr, le plus horrible va arriver. Un cauchemar est fait pour durer en crescendo jusqu'à atteindre le réveil !

Page 1


[page]



Complètement perdu, l'être penseur se redresse difficilement en riant, agrippant le crâne des squelettes près de lui pour mieux se lever. Il marche maladroitement, basculant son corps de droite à gauche. Ses bras tendus devant lui tremblent d'eux-mêmes. Encore un petit effort. Plus qu'un mètre. Rien n'est encore arrivé, il peut le faire ! La boite à musique arrête de jouer. Le silence dure un petit moment, juste le temps pour que des doigts se referment autour d'un petit disque doré.

Rien ne se passe. Que peut-il bien se passer de toute façon ? Seule la musique s'est arrêtée. Seul le silence règne dans cette cuisine. L'on entend juste la respiration de l'homme effrayé par tout ce qu'il se passe, l'homme à la recherche de ses souvenirs dans un bâtiment de fous. Celui-ci se met à rire de plus bel. Tout cela ne peut être qu'un cauchemar. Oui, un cauchemar. Il regarde alors le squelette, victorieux. Son regard perd soudainement tout espoir.

Le squelette n'a pas changé de position. Ses coudes sont appuyés sur la table, montrant une paire de mains aux neuf doigts levés. Dans un petit grincement discret, l’annulaire vient rejoindre son voisin. Le sourire arraché s'accentue, dévoilant l'amusement du mort-vivant. C'est au tour du majeur maintenant de se baisser. L'homme comprend qu'il n'a plus beaucoup de temps pour sortir de la salle. Il ne sait pas ce qui peut arriver s'il reste ici à fixer l'étrange cadavre et n'en a d'ailleurs aucune envie.

Un pas en arrière. Rien qu'un seul. C'est ce qu'il aurait voulu faire. Une force intérieure l'en empêche, il est piégé. Son cerveau ne répond plus à aucun de ses ordres. Son corps ne bouge plus. Les doigts continuent de se baisser, lentement, un par un. Il n'en reste plus que cinq... quatre... trois... Le sourire défiguré s'allonge de plus en plus, le visage du squelette se fend petit à petit.

Plus que deux. L'homme engage un combat contre lui-même, dans l'espoir de le remporter et de s'échapper d'ici. Rien à faire, la force est vainqueur. L'on ne peut pas battre la force en elle-même. L'avant-dernier doigt se baisse. Il n'en reste plus qu'un. L'homme est au bord de la folie. Des larmes roulent sur ses joues. Le temps s'arrête. Le dernier doigt tremble. Au ralentit, dans un grincement plus sonore que les autres, il descend légèrement.

Le sourire maléfique ne cesse de s'ouvrir. La peau restante se déchire et se peint de rouge. Les grands yeux noirs roulent sur eux même avant de se détacher du corps et de s'écraser à terre. L'on voit maintenant un crane qui se décompose de plus en plus vite. Le temps reprend sa vitesse normale. Un cri extrêmement aigu résonne alors en crescendo puis disparaît soudainement sans laisser de traces.

L'homme ayant fermé les yeux au moment de l'action fatale les rouvrent. Il se laisse tomber sur le sol. La cuisine est redevenue normale. Le squelette n'est plus là, il n'y a plus de sang, plus de membres, plus d'organes. Tout est comme avant. Un cauchemar. Ce ne peut être qu'un cauchemar. Sa main s'ouvre, laissant apparaître le petit médaillon volé. Non, le médaillon est froid, il lui rappelle qu'il est bel et bien éveillé, plus vivant que jamais !

‘‘Je suis fou... Je ne peux être que fou !’‘

D'un geste maladroit, il ouvre le médaillon. A l'intérieur est cachée une petite photo d'une très belle jeune femme en noir et blanc. Cette photo ne lui est pas du tout inconnue. Cette image lui revient. Il revoit une demoiselle aux long cheveux noirs habillée d'une fine robe blanche courir à travers les champs. Son sourire lui revient. Son magnifique sourire. Celui dont il a toujours admiré. Cette femme a fait partie de sa vie. Comment ce médaillon a-t-il atterri sur le cou de ce monstre ?

L'homme essaie de continuer ses recherches, il fixe la photo. Il cherche, cherche, cherche... Mais en vain. Il ne peut obtenir d'autres résultats. S'il veut en savoir plus, il faut qu'il continue de traverser le bâtiment. Cette idée ne lui plait pas mais il n’a pas le choix. Il faut qu'il sache qui il est, qu'elle est sa vie, pourquoi est-il ici.

La porte est restée ouverte depuis qu'il est entré. Pourquoi n'a-t-il pas réussi à sortir ? Quelle est donc cette force qui lui a empêché tout mouvement ? Serait-ce la peur ? La peur est-elle celle qui cause la fin d'une vie ? Et pourquoi s'est-il mis à rire ? Serait-ce aussi à cause de la peur ? La peur peut-elle rendre fou ? Il ne peut contrôler cette émotion, cette émotion qui le mènera sûrement à sa perte. Il le sait. Ce n'est pas des événements étranges dont il a peur. C'est de sa propre peur.

Sans même s'en être aperçu, la personne est déjà dans le couloir. Elle inspecte les murs, à la recherche d'une autre porte. N'importe quelle porte, elle est prête à affronter le pire. Elle veut retrouver sa mémoire. Chaque pas est douloureux mais permet d'avancer vers la victoire. L'ambiance est de plus en plus insupportable. Le noir est partout. Les ténèbres l'emporte vers une destination encore inconnue. L'homme s'arrête. Il entend des battements de cœur ; les siens. Il regarde devant-lui. Est-il vraiment prêt à tout affronter ?

En face de lui, dissipée par les abysses du couloir, se tient une forme, droite, debout. Elle ne bouge pas, elle a l'air de le fixer. L'homme hésite. Il avance prudemment, rassemblant le courage dont il a besoin. Il essaie de distinguer les traits de la personne en face de lui. Il fait bien trop sombre. Lorsqu'il est à moins de trois mètres, il se met à reculer. La forme ayant en fait la tête baissée vient de la relever vers lui.

Un sourire d'une blancheur incroyable éclaire la totalité du couloir. Des yeux de sang sont grand ouverts, en-dessous d'une chevelure brune. La luminosité de la dentition se reflète sur un bout de métal tenue fermement par l'une de ses paumes. L'homme a juste le temps d'apercevoir le tranchant de la lame avant de comprendre qu'il ne pourrait pas rester immobile cette fois. Une voix qu'il se souvient avoir déjà entendu résonne à travers les murs étroits.

‘‘Je vais... TE TUER !!!’‘

La forme est maintenant entourée d'une lueur rouge. De la fumée sort de ses narines, il ouvre grand la bouche, éblouissant totalement l'homme, apeuré. Celui-ci se laisse guider par son instinct et se retourne pour prendre les jambes à son cou. Son cœur est sur le point d'exploser. Il ne tiendra pas longtemps ainsi. Il fallait qu'il sorte de ce bâtiment au plus vite. Une porte attire son attention. Ce n'est pas celle de la cuisine, elle est différente. Une porte blanche couverte de traces de sang. Ce n'est pas important, s'il peut juste l'atteindre, cela peut le sauver.

Le bras tendu vers la poignée, l'homme accélère le pas. Il souffre. Son corps lui fait mal mais il ne doit pas s'arrêter. Il a peur. Sa main agrippe le bout de métal et le tire vers lui. Dans un seul mouvement, il se retrouve enfermé dans une toute petite pièce plongée dans le noir.

‘‘Aidez...moi’‘

L'homme sursaute. Ce n'est pas sa voix ! Il se retourne et aperçoit difficilement les traits d'une femme.

‘‘S'il vous plait... Quelqu'un... N'importe qui !’‘

Elle éclate en sanglots. Elle n'a pas l'air d'avoir remarqué son compagnon. Celui-ci tente tout de même de signaler sa présence.

-Où sommes-nous ? Et qui êtes-vous ?

‘‘Aidez...moi... Aidez...moi...Aidez...moi’‘

La femme se met alors à crier. La porte s'ouvre. L'homme, par réflexe, essaie d'empêcher le meurtrier de rentrer mais ce dernier est beaucoup plus puissant que lui. Il se retrouve vite propulsé en arrière. La lumière pénètre la salle. On peut maintenant distinguer parfaitement le physique des deux personnes. La femme porte une robe autrefois blanche, en lambeaux et possède de longs cheveux noirs accompagnés de grands yeux de la même couleur. L'homme, lui, est habillé d'un vieux tee-shirt gris et d'un large pantalon noir. Il n'a aucune chaussure.

La femme... C'est évidemment la même que celle sur la photo ! Que fait-elle ici ? A-t-elle au moins remarqué sa présence ? Et cet individu fou qui est-ce ? Maintenant qu'il le voit de près, il est sûr de l'avoir rencontré plusieurs fois. Sa vie est-elle vraiment menacée par lui ?

‘‘Je vais... te... tuer ! JE VAIS TE TUER !!!’‘

Page 2


[page]



Le meurtrier ne porte aucune attention à l'homme. Il regarde la jeune femme d'un regard assassin. Son poing serré est au bord du saignement. Il brandit le couteau droit devant lui. Ses bras tremblent, son corps se balance de droite à gauche. L'homme est inquiet de cette attitude, cette personne doit se faire soigner ! Il porte un regard sur la femme, adossée contre le mur, cherchant le moindre secours. Il a l'impression qu'il doit aider cette femme. Son cœur lui dicte cet ordre. Il se lève et se précipite vers elle.

Il se met entre les deux personnages et fixe le fou droit dans les yeux. Bizarrement, ce dernier ne fait pas de même. Il regarde en face de lui, dans le vide. Son couteau se rapproche, sans s'arrêter. A chaque seconde qui passe, il avance. Il n'est plus qu'à quelques centimètres de l'homme.

Personne ne fait attention à lui. La femme continue de pleurer de désespoir. Le couteau rentre alors dans la chair de l'homme. Il ne lui procure aucune douleur. Il ne lui fait couler aucune goutte de sang. Il continue juste sa trajectoire. Comment a-t-il pu être courageux à ce point-là ?

Le couteau ressort. Le sang s'écoule. Des gémissements retentissent. Ce ne sont pas les siens. Il se retourne et voit alors la jeune femme s'écrouler sur le sol, la poitrine percée. Ses vêtements se teintent de rouge foncé. Le coupable éclate de rire et lèche son couteau. L'homme est impuissant. Il ne sait plus que faire. S'il a bien comprit, il est invisible aux yeux de ces deux personnes. Que s'est-il donc passé ? Cette scène ne lui est pas inconnue...

Un cri extrêmement aigu résonne alors en crescendo puis disparaît soudainement sans laisser de traces. Ce cri le fait sursauter. Ce n'est pas la première fois qu'il l'entend. Un rire, autre que celui du meurtrier, lui arrache les tympans. Il tourne la tête pour savoir d'où il vient. Une forme d'enfant est présente près de la porte. Il le dévore du regard. Son sourire est large jusqu'aux fossettes.

‘‘Qui es-tu ? Que fais-tu ? D'où viens-tu ? Hiaaaahahaaaa !!!’‘

Cet enfant disparaît en courant. Son rire se répète en écho à travers le couloir. Au moins, cette fois, l'homme sait que cet enfant lui est inconnu. Il se retourne pour vérifier une dernière fois les traits de la femme mais celle-ci a déjà disparu. Il est dans une petite salle vide. Encore une vision ? Est-il vraiment fou ?

En effet, la folie l'emporte. Il ne sait plus quoi penser. Chaque apparition lui parait normale. Elles constituent ses souvenirs. L'homme sort de la petite pièce et regarde là où le petit garçon vient de s'enfuir. Il ne reconnait plus les lieux. Il est pourtant sûr d'être déjà passé dans cette direction mais tout a l'air d'avoir changé. On peut maintenant apercevoir le bout du couloir, délimité par une double porte.

Cette salle ne lui indique rien de bon. Il sait pourtant qu'il approche de plus en plus de la vérité. De toute façon, il n'est pas sûr d'atteindre la sortie de ce bâtiment vivant. S'il faut qu'il meurt ici, il mourra avec la certitude. Il se met donc à courir vers la porte, pressé d'en finir.

Arrivé devant la grande salle, il regarde autour de lui pour s'assurer que personne ne le suit. Le silence le rassure. Bien que ce soit un peut trop calme à son gout. Il inspire longuement et pose sa main sur la porte pour l'ouvrir. La pièce où il pose les pieds est différente de toutes les autres. Le carrelage blanc fait opposition au vide total. Le plafond parait inexistant et les murs sont couverts de ténèbres, si bien que l'on ne peut pas les apercevoir.

L'homme tourne sur lui même. La double porte par laquelle il vient tout juste d'entrer, n'est plus là. Le noir est partout. Seul le sol le ramène à la réalité. Où vient-il d'atterrir ? Que va-t-il se passer ? Une hallucination ? Un cadavre articulé ? Une scène de meurtre ?

‘‘Alors ? Sais-tu qui tu es ?’‘

L'homme respire vite. Son souffle se promène autour de lui avant de s'enfoncer dans les lointaines profondeurs de la salle. Cette voix... Cette voix qu'il entend depuis le début... Est-elle réelle ? Est-ce sa folie qui lui joue des tours ?

-Je suis... Je suis... QUI SUIS-JE ?! Qui... Qui... qui... Es-tu ?

L'homme a du mal à s'exprimer correctement. Sa respiration devient de plus en plus intense... Il va bientôt savoir ! Tous ses doutes vont bientôt disparaître ! Un rire d'enfant résonne dans sa tête, puis celui d'un homme, puis celui d'une femme et enfin ceux de toute une foule. Ce sont toutes sortes de rires. Des rires de joie, d'amusement, de moquerie, de folie... Une forme apparaît, marchant lentement, pas à pas, vers lui.

‘‘Tu ne peux pas savoir qui je suis avant même de t'être reconnu.’‘

- Alors dis-le-moi ! JE VEUX SAVOIR !!!

L'homme se retrouve alors entouré de plusieurs personnes, toutes inconnues à ses yeux. Pourtant il est sûr de les avoir croisées au moins une fois, un jour. Ils ont tous le regard impitoyable, le sourire sarcastique et le doigt pointé vers lui. Tous répètent d'une seule voix.

‘‘Il parle tout seul !’‘

‘‘Il est fou !’‘

‘‘Venez voir le dégénéré !’‘

Ils rient. Ils rient tous sans exceptions, du plus malsain au plus innocent. Non, il n'est pas fou ! Il ne parle pas tout seul, ne voient-ils donc pas ce garçon qui hante ses cauchemars ? Arrêtez, arrêtez ! Il n'est pas fou, arrêtez ! S'il vous plait, cessez ces cruelles paroles... Arrêtez...

-STOOOOP !!!

‘‘Hahaha... HAHAHAHAHA’‘

Stop... Stop... Non, que tout se finisse ! Il n'en peut plus. Arrêtez donc, mais arrêtez ! Il n'est pas fou ! Toutes ses visions sont vraies... Comment peut-on être aussi cruel ? Comment ? Pourquoi ? Arrêtez... Cessez donc vos moqueries vous n'êtes pas meilleurs que lui !

‘‘Les fous n'ont pas leur place ici...’‘

Arrêtez...

‘‘Il n'y a qu'un endroit pour les fous...’‘

S'il vous plait...

‘‘Vous savez tous ce qu'il nous reste à faire, il faut ramener le fou chez lui !’‘

NON !!! Arrêtez ! C'est vous qui êtes fous ! Cessez donc !!! Pas ça... Non...

L'homme se retrouve à l'extérieur, devant un grand bâtiment mal entretenu. Au-dessus d'une double porte est inscrit en grosses lettres :

‘‘Hôpital Psychiatrique’‘

La personne se laisse tomber à genoux, la tête baissée. Donc c'est dans cet asile qu'il se promène depuis le début. On l'a amené dans un asile ! Cela ne peut pas être possible... Il n'a jamais été fou. C'est le monde entier qui l'a toujours été. Ses frères, ses compagnons, ceux en qui il a fait confiance toute sa vie. Tous l'ont trahi et enfermé ici.

Le noir revient petit à petit. Le sol réapparaît dans toute sa blancheur. Tout à l'air si calme en fin de compte. Mais l'homme ne peut plus goûter à cet instant paisible. Son cœur vient d'être déchiré, son âme mutilée. Le petit garçon le fixe avec son grand sourire. Il est amusé de sa souffrance.

Page 3


[page]



‘‘Alors, qui es-tu ?’‘

-Je... Je... Je suis... Ha... Haha... HAHAHA !!! Je suis fou !!!

L'homme relève soudainement la tête et se laisse embarquer par le rire. Les yeux grands ouverts, la bouche haletante, il laisse échapper ses émotions. Il rit, il savoure la souffrance procurée. Quand on est au bord du désespoir, elle devient une saveur exquise recherchée de tous. Une jouissance cachée qui nous apaise. Des larmes coulent de long de ses joues.

-HAHAHA... Je les ai tués ! Leur sang s'est mis à couler grâce à mes propres mains ! Du sang... Du beau, du frais du délicieux sang ! IL Y EN A PARTOUT HAHAHA !!!

Tout en hurlant, il rapproche les mains de son visage et plante ses ongles dans sa chair. En griffant sa joue, du liquide rouge sort de la plaie. L'homme ramène ses doigts vers ses lèvres et se met à les lécher.

-Hum... Du sang ! Du délicieux sang... HAHAHA ! Regarde, je vais recouvrir le sol de sang !!!

Il ramasse une petite coulée de liquide rouge sur ses joues et l'étale autour de lui avec ses paumes. Il ne cesse de rire et d'hurler. Un cri extrêmement aigu résonne alors en crescendo puis disparaît soudainement sans laisser de traces. Ce cri, c'est le sien.

‘‘Tu t'es souvenu de ton identité. C'est bien. Maintenant, c'est la mienne que tu dois trouver !’‘

-Même elle je l'ai tué ! La scène était en réalité un de mes souvenirs haha... J'AI TUÉ MA FEMME !!! J'ai brandi mon couteau sur elle aussi... Et pourtant je l'aimais... Je lui ai offert une boite à musique pour notre anniversaire de mariage ! Et un médaillon en guise de mon amour pour elle ! Et pourtant je l'ai tué... Hahaha que je suis fou ! Je suis vraiment fou ! J'AIME CA LA FOLIE !!!

L'homme s'allonge sur le sol et se roule sur les traces rouges qu'il a faites. Il tourne la tête dans tous les sens. Ses yeux regardent partout à la fois. Sa bouche, grande ouverte, ne cesse de laisser couler un filet de bave. Son cœur n'a plus aucun battement régulier. Il ne respire plus que pour hurler sa douleur.

-Ce monstre dans la cuisine... C'était ma femme ! Quelle divine splendeur elle est devenue... HAHAHA ! Je l'ai tué une deuxième fois ! Non... Elle s'est tuée toute seule ! Haha... La prochaine fois que je la verrai, je lui proposerai une place dans mon lit HAHAHA !!! Je suis le mari d'un monstre ! Un fou avec un monstre, cela fera une très belle histoire d'amour haha...

Le garçon ne bouge pas. Il le fixe et continue de sourire. Il attend la précieuse réponse. Il sort un bonbon de sa poche et le porte à ses lèvres. Après lui avoir donné quelques coups de langues, il l'engloutit.

-Toi, haha tu es... haha... tu es... le diable en personne ! Tu es celui qui a fait de moi un monstre. Tu es la cause de tout ce qui arrive. Tu es ma peur, ma folie, mon coté démoniaque.

L'homme ne rit plus. L'homme ne pleure plus. Il montre les crocs. Ses yeux pétillent de fureur. Le garçon sourit à pleines dents. Il recrache le bonbon qu'il vient d'avaler et s'hydrate les lèvres.

‘‘Tu as mentionné mon identité dans ta réflexion. Je ne suis ni un diable ni la cause de tes malheurs.’‘

Voyant le regard intrigué et calmé de l'homme, le garçon continue.

‘‘Je suis tes souvenirs, ta peur. Tout ce dont tu n'oses pas affronter. Tu m'as mis de côté. Tu m’as oublié. Tu dois maintenant en subir les conséquences. Ta punition est déjà fixée depuis des millénaires.’‘ Le petit garçon se dématérialise petit à petit. A la place trône la glace d'un miroir, posé perpendiculairement sur le sol. Un homme apparaît dans ce miroir. Il est allongé sur le ventre, la tête levée. Sa peau n'a plus aucun signe de jeunesse. Elle est pâle et ridée. Ses rares cheveux grisâtres recouvrent la moitié de son crâne. Des yeux autrefois verts sûrement sont maintenant rougis par les larmes. Habillé d'un vieux tee-shirt gris troué et poussiéreux ainsi que d'un large pantalon noir en lambeaux, l'homme tend la main vers son reflet.

Ce dernier montre un sourire d'une blancheur si éclatante que la personne se voit obligée de fermer les yeux. En les rouvrant, il s'aperçoit que tout disparaît autour de lui. Il n'a pas le temps de faire un seul geste qu'il se retrouve plongé dans l'obscurité totale. Le noir l'étouffe. Les ténèbres l'enveloppent. Ils l'emmènent vers un destin peu appréciable. Un destin rempli de souffrances et de folies pour l'éternité.

‘‘On va jouer à cache-cache. A chaque lever de soleil tu disparaîtras. Tu renaîtras chaque nuit, au moment où l'orage éclatera. A ton réveil, tu m'oublieras. Tu auras alors quelques heures pour tenter de me retrouver. Bien sûr, ta bien-aimée souhaite aussi se venger. Elle reviendra de l'au-delà spécialement pour toi, pour te hanter. Si tu échoues, tu disparaîtras alors à tout jamais dans le fin fond des enfers où la folie sera ton unique bonheur. Ton seul indice sera un petit bout de feuille posé sur ton bureau. Le compte à rebours débutera lorsque tu auras inséré la clé dans la serrure... A vos marques, prêts, que le jeu commence !’‘




______




Une lumière aveuglante envahit la pièce, accompagnée d'un bref vacarme semblant à un battement de cœur. Durant le peu de temps de luminosité, on peut apercevoir des murs entièrement peints de blanc, ainsi qu'un lit du même ton. La pluie se met à tomber, se cognant contre la seule vitre présente dans la salle. Un cri extrêmement aigu résonne alors en crescendo puis disparaît soudainement sans laisser de traces. L'orage éclate une seconde fois.


Deux yeux s'ouvrent jusqu'à leurs extrémités. Une forme se redresse vivement en haletant. Elle ne cesse de tourner la tête de droite à gauche pour savoir où elle est. Tout lui est inconnu. L'orage gronde.




"Où... Où suis-je ?".

Page 4 -Finie-




Dernière édition par ◄jm20► le Mar 5 Mai - 18:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ErizuTeriyaki
Admin
Admin
avatar

Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 17
Localisation : Sur mon étagère, entre les Harry Potter et les La Guerre des Clans

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Dim 22 Mar - 16:44

J'aimerais bien lire ton histoire, mais je voudrais savoir: est-il utile que je puisse comprendre les codages pour ça? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pluiedencre.forumactif.org
◄jm20►
Lapin crétin 1er
Lapin crétin 1er
avatar

Féminin Messages : 654
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 17
Localisation : Dans un vieux hangar, habillé en minion en mangeant une bwanana avant de torturer un pitit n'enfant.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Dim 22 Mar - 16:45

as tu activé le html dans ton profil -> préférences ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ErizuTeriyaki
Admin
Admin
avatar

Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 17
Localisation : Sur mon étagère, entre les Harry Potter et les La Guerre des Clans

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Dim 22 Mar - 16:45

Non! ^^ Je vais le faire dans ce cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pluiedencre.forumactif.org
◄jm20►
Lapin crétin 1er
Lapin crétin 1er
avatar

Féminin Messages : 654
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 17
Localisation : Dans un vieux hangar, habillé en minion en mangeant une bwanana avant de torturer un pitit n'enfant.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Dim 22 Mar - 17:15

ok tu me diras si tu aimes bien la mise en page du coup ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ErizuTeriyaki
Admin
Admin
avatar

Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 17
Localisation : Sur mon étagère, entre les Harry Potter et les La Guerre des Clans

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Dim 22 Mar - 17:17

J'ai adoré!!!! Very Happy L'ambiance est bien oppressante, on ressent bien les sentiments du personnage et tu écris vraiment très bien. Habituellement, je n'aime pas quand c'est raconté au présent, je préfère à l'imparfait et au passé simple. C'est plus joli. Mais là ça passe, on se sent bien dans l'action. J'espère que tu écriras d'autres nouvelles du genre! ^^
Et oui, j'aime beaucoup ta présentation aussi! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pluiedencre.forumactif.org
◄jm20►
Lapin crétin 1er
Lapin crétin 1er
avatar

Féminin Messages : 654
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 17
Localisation : Dans un vieux hangar, habillé en minion en mangeant une bwanana avant de torturer un pitit n'enfant.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Dim 22 Mar - 17:25

Merci ! Very Happy j'ai encore un tout petit texte d'horreur en réserve, je le mettrai aussi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ErizuTeriyaki
Admin
Admin
avatar

Féminin Messages : 202
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 17
Localisation : Sur mon étagère, entre les Harry Potter et les La Guerre des Clans

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Dim 22 Mar - 17:26

OUAIIIIIS, fous-moi les jetons un bon coup! XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pluiedencre.forumactif.org
◄jm20►
Lapin crétin 1er
Lapin crétin 1er
avatar

Féminin Messages : 654
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 17
Localisation : Dans un vieux hangar, habillé en minion en mangeant une bwanana avant de torturer un pitit n'enfant.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Dim 22 Mar - 17:27

Moi j'écris pas du "qui fait peur" hé xD je préfère le sang le sang le sang et les organes mouahaha xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru
Maître de la Plume
Maître de la Plume
avatar

Masculin Messages : 2084
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 16
Localisation : Avec les Assassins, et Jm et mon clan

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Dim 22 Mar - 18:43

Du sang, du sang et des organes ouaiiiiiis!!!
Sinon j'adore ton histoire *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
◄jm20►
Lapin crétin 1er
Lapin crétin 1er
avatar

Féminin Messages : 654
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 17
Localisation : Dans un vieux hangar, habillé en minion en mangeant une bwanana avant de torturer un pitit n'enfant.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Dim 22 Mar - 18:54

Merci ^-^ !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru
Maître de la Plume
Maître de la Plume
avatar

Masculin Messages : 2084
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 16
Localisation : Avec les Assassins, et Jm et mon clan

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Dim 22 Mar - 19:01

Mais tout le plaisir est pour moi Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavande
Crayonneur d'histoire
Crayonneur  d'histoire
avatar

Féminin Messages : 1637
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 17
Localisation : Sur le toit de ma maison avec une feuille et un crayon.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation:

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Jeu 9 Avr - 19:47

Cette histoire est super prenante !!! Tu fais passer super bien les sentiments de ton personnage ! Le seul truc un peu gênant est la tournure de certaine de tes phrase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avosplumes.clicforum.com/index.php
◄jm20►
Lapin crétin 1er
Lapin crétin 1er
avatar

Féminin Messages : 654
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 17
Localisation : Dans un vieux hangar, habillé en minion en mangeant une bwanana avant de torturer un pitit n'enfant.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Jeu 9 Avr - 19:59

Merci Smile et quelles sont les phrases qui te gênent ? Peut être que j'ai sans le vouloir fait une erreur ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru
Maître de la Plume
Maître de la Plume
avatar

Masculin Messages : 2084
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 16
Localisation : Avec les Assassins, et Jm et mon clan

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Jeu 9 Avr - 20:26

Pour moi tout est passé comme de l'eau de roche! (Je voulais dire ça, désolé ^^")

_________________
~Le seigneur de Pandémonium est celui qui inspire à la fois respect et crainte aux hommes, c'est ça le véritable terreur.~
♫♪ On m'appelle le "Quatorzième" ou "Le Musicien", mais je suis le Noah de la Destruction et de la Musique. L'apôtre de l'anéantissement. ♪♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
◄jm20►
Lapin crétin 1er
Lapin crétin 1er
avatar

Féminin Messages : 654
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 17
Localisation : Dans un vieux hangar, habillé en minion en mangeant une bwanana avant de torturer un pitit n'enfant.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Jeu 9 Avr - 20:35

^-^ Bon alors ça va si tu n'as rien trouvé de gênant, j'ai eu peur d'avoir involontairement raté une ou deux phrases :p Après, chacun a sa façon de lire et ses habitudes, ce qui peut amener à une incompréhension de certains style d'écriture car on y est pas habitué Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru
Maître de la Plume
Maître de la Plume
avatar

Masculin Messages : 2084
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 16
Localisation : Avec les Assassins, et Jm et mon clan

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Jeu 9 Avr - 20:57

Fufufu~♡♤

_________________
~Le seigneur de Pandémonium est celui qui inspire à la fois respect et crainte aux hommes, c'est ça le véritable terreur.~
♫♪ On m'appelle le "Quatorzième" ou "Le Musicien", mais je suis le Noah de la Destruction et de la Musique. L'apôtre de l'anéantissement. ♪♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
◄jm20►
Lapin crétin 1er
Lapin crétin 1er
avatar

Féminin Messages : 654
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 17
Localisation : Dans un vieux hangar, habillé en minion en mangeant une bwanana avant de torturer un pitit n'enfant.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Jeu 9 Avr - 21:02

fuuuuuu ♥.♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru
Maître de la Plume
Maître de la Plume
avatar

Masculin Messages : 2084
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 16
Localisation : Avec les Assassins, et Jm et mon clan

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Jeu 9 Avr - 21:05

Miraooooooooooow

_________________
~Le seigneur de Pandémonium est celui qui inspire à la fois respect et crainte aux hommes, c'est ça le véritable terreur.~
♫♪ On m'appelle le "Quatorzième" ou "Le Musicien", mais je suis le Noah de la Destruction et de la Musique. L'apôtre de l'anéantissement. ♪♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
◄jm20►
Lapin crétin 1er
Lapin crétin 1er
avatar

Féminin Messages : 654
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 17
Localisation : Dans un vieux hangar, habillé en minion en mangeant une bwanana avant de torturer un pitit n'enfant.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Jeu 9 Avr - 21:08

waahh waaouf waaoouuu~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru
Maître de la Plume
Maître de la Plume
avatar

Masculin Messages : 2084
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 16
Localisation : Avec les Assassins, et Jm et mon clan

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Jeu 9 Avr - 21:13

WAOOOOOOOOOOOOUUUW

_________________
~Le seigneur de Pandémonium est celui qui inspire à la fois respect et crainte aux hommes, c'est ça le véritable terreur.~
♫♪ On m'appelle le "Quatorzième" ou "Le Musicien", mais je suis le Noah de la Destruction et de la Musique. L'apôtre de l'anéantissement. ♪♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavande
Crayonneur d'histoire
Crayonneur  d'histoire
avatar

Féminin Messages : 1637
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 17
Localisation : Sur le toit de ma maison avec une feuille et un crayon.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation:

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Jeu 9 Avr - 21:28

* sors Mon téléphone et se met à vous filmer *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avosplumes.clicforum.com/index.php
◄jm20►
Lapin crétin 1er
Lapin crétin 1er
avatar

Féminin Messages : 654
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 17
Localisation : Dans un vieux hangar, habillé en minion en mangeant une bwanana avant de torturer un pitit n'enfant.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Jeu 9 Avr - 22:05

*prend la pose d'une star* xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lavande
Crayonneur d'histoire
Crayonneur  d'histoire
avatar

Féminin Messages : 1637
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 17
Localisation : Sur le toit de ma maison avec une feuille et un crayon.

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation:

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Ven 10 Avr - 6:52

* range son téléphone puis reprend son chemin*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avosplumes.clicforum.com/index.php
Yoru
Maître de la Plume
Maître de la Plume
avatar

Masculin Messages : 2084
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 16
Localisation : Avec les Assassins, et Jm et mon clan

Clan
Clan: Clan de l'imagination
Réputation: Chef

MessageSujet: Re: Chambre rouge    Ven 10 Avr - 17:31

*pique le portable discrètement et détruit toutes traces de la vidéo, et prends un selfie de moi en faisant une grimace*

_________________
~Le seigneur de Pandémonium est celui qui inspire à la fois respect et crainte aux hommes, c'est ça le véritable terreur.~
♫♪ On m'appelle le "Quatorzième" ou "Le Musicien", mais je suis le Noah de la Destruction et de la Musique. L'apôtre de l'anéantissement. ♪♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chambre rouge    

Revenir en haut Aller en bas
 
Chambre rouge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» August Strindberg
» Lecture de groupe Jane Eyre semaine 1
» Jane voit rouge ^
» Chambre de Katy Jones.
» Collection rouge (SEP)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pluie d'Encre - Forum d'écriture :: Vos créations :: Les nouvelles :: Horreur-
Sauter vers: